« Mort » & « renaissance »

renaissance

Tous ceux qui ont croisé le chemin d’un PN sentent qu’ils furent touchés par le Mal, et en ressortent marqués par une noirceur au fond d’eux-mêmes et une angoisse diffuse. C’est comme si notre force de vie avait été aspirée, et l’on se retrouve « vidé », insensible aux choses qui nous amusaient ou nous intéressaient avant cela..On sent qu’on est « mort à l’intérieur ».

Cet être mauvais & sans scrupules a chamboulé notre vie car il a changé notre conscience ; il nous a fait prendre conscience d’un autre monde, « noir », horrible, il nous a montré ce que l’on est, & ce que les autres peuvent être.

Alors, on contemple d’un air désolé ce qu’on est devenu, le « moi » désabusé, triste, brisé, cynique, ne croyant plus en rien, que le PN a fait de nous, et l’on regrette notre ancien « moi », le « moi » gai & confiant d’avant l’abus…

C’est qu’en fait, il y a 2 mondes. Le monde matériel & un autre, qu’on sent vaguement en soi ; le lien avec l’univers et tous les êtres. On naît avec un lien aux 2, mais plus on avance en âge, plus notre énergie se refroidit & se « matérialise », plus on perd le lien avec le monde spirituel.

Alors, on se raccroche à des « hochets » ; argent, biens matériels, drogues diverses … et au lieu de percevoir de l’intérieur, on se met à juger de l’extérieur – pour garder un semblant de contrôle sur ce monde déroutant, où l’on n’est qu’une fourmi…

Les traumatismes peuvent nous faire passer « de l’autre côté » ; celui de la peur, de la faiblesse et donc, de l’égoïsme – un monde où l’on se focalise sur notre survie, en oubliant tout et tous autour de nous. Pour se protéger & survivre, l’on ne pense plus qu’à soi, et on se bat en se fichant des dommages qu’on fait aux autres et à la Terre (et à soi-même) – et l’on se croit justifié de tout.

Ou l’on se place en attitude de victime plaintive, sans compassion pour ce que subissent les autres.

Mais les épreuves (deuils, pertes, ruptures) peuvent aussi nous apprendre que ces « sécurités »-là (argent ou attitudes dépendantes & auto-protectrices) n’en sont pas et – si on est sage -  on désire retrouver le lien avec l’autre monde, la sagesse, l’amour vrai et la compassion.

Ce lien-là seul peut emplir le vide en nous… Alors, on rejette les relations creuses & les gens superficiels, ainsi que les fausses « béquilles » qui nous soutenaient. A la place, on recherche désormais des conversations et des individus profonds, des êtres qui partagent ces mêmes idées.

Car les épreuves subies font que l’on se sent en décalage avec ceux qui ne comprennent pas ceci, ceux qui vivent encore bien à l’aise dans le monde faux où prime le matériel, et qui ne se soucient pas de ces questions sérieuses.

Une fois qu’on a pensé, on ne peut plus jamais revenir en arrière, à ce que l’on était avant, innocent, aveugle, insouciant. Mais l’épreuve nous a rendus plus lucides, et on a maintenant des interactions plus saines avec les autres, soi-même et l’univers.

On n’a plus besoin de se faire passer pour ce que l’on n’est pas ou d’être sur ses gardes, car on a développé un respect de soi et des limites fermes – on ose être soi-même et s’affirmer, ainsi que rejeter les importuns.

Et l’on comprend quelle richesse l’univers offre à ceux qui le suivent.

Dans ce cas, le traumatisme ne vous a pas détruit ; il a détruit votre « armure », pour vous ré-ouvrir au tout, à la  connexion avec toute l’humanité & avec l’univers entier. Pouvant sentir la douleur des autres, on peut leur offrir des relations plus profondes et pleines de sens.

Même seul, on n’est pas seul, car on est (en quelque sorte) part de la Toile de la Vie et traversé par toute l’énergie de l’univers.

Quelqu’un qui survit aux épreuves & traumatismes doit comprendre qu’il n’est pas anormal ; qu’il a eu la malchance de croiser la route d’un être dérangé et d’être plongé dans une situation impossible, et que son innocence lui fut arrachée par la violence. Mais aussi qu’il y a survécu et qu’il a « reçu », dans cette violation de son être, quelque chose que la plupart des gens mettent toute une vie à trouver.
Votre chemin fut bien douloureux, mais vous n’êtes pas détruit – alors, vous avez le devoir moral d’aider les autres, qui se débattent dans la douleur, à s’en sortir. Il faut reconnaître cette grâce, en la partageant.

Vous baignez dans cette force universelle, alors que le PN n’a que lui-même, que sa force usurpée & coupée du reste – et c’est justement pour cela qu’il doit sans cesse vous « tirer du sang » : parce qu’une agression ne lui fournit qu’un « repas », et qu’il est bien vite à nouveau faible et affamé…

Sentez-vous comme le monde spirituel « coule » ici-bas, dans le nôtre & comme nous sommes tous connectés ? Comme on peut être heureux, triste, enthousiasmé, … pour autrui ? Comme on peut sentir des choses qui se passent ailleurs, parfois très loin d’où l’on se trouve ?

Alors, n’ayez pas honte de ce que vous avez subi (remettez la honte à sa vraie place ; chez le PN !). A présent, vous renaissez, vous êtes parvenu où vous êtes, & il y a sûrement une raison à cela … Tous, nous devons tenter de rapprocher ces 2 mondes, de dissiper l’obscurité, et d’enseigner aux humains la beauté du monde – et la leur.

 

Remède naturel aux refroidissements

refroidissement2

Quand on a un froid (frissons, éternuements, fièvre, mal de tête ou à la gorge, toux, douleurs musculaires), il faut, pour s’en débarrasser naturellement, appliquer un plan bien concerté ; 1) tuer les microbes, 2) les éliminer du corps, 3) ne pas surcharger le corps, pour qu’il puisse éliminer les envahisseurs.

Voici le plan pour y parvenir :

D’abord, il importe de débuter le traitement dès les 1ers symptômes (frissons & éternuements).

1. la « grosse artillerie » :  dans un bol, écraser 5 gousses d’ail, le jus d’1/2 citron (+ 2 pépins) & 1 bonne pincée de sel marin gris ou de sel de l’Himalaya. Prendre ½ c. à c. de ce mélange 3 – 4 x/jour.

2. éliminer : ceci se fait avec beaucoup de fibres & de liquides ; c-à-d qu’il faut boire, non des jus, mais des smoothies d’agrumes (oranges, citrons, pamplemousse, mandarine, ..) , du bouillon de poulet (vu qu’il est reconnu pour augmenter la fluidité des sécrétions nasales et aurait des propriétés anti-inflammatoires) au piment (les piments contiennent de la capsaïcine, une substance qui débouche le nez et diminue la douleur), ainsi que des tisanes chaudes (hysope, lavande, romarin, thym, plantain, …) avec du miel bio (le (vrai) miel est à présent reconnu comme plus efficace que les sirops, contre la toux).

Aussi : 1x/jour : un bol du mélange suivant :  yaourt nature + miel + graines de lin.

3. beaucoup de repos ; c-à-d se coucher tôt, et faire une sieste l’après-midi.

Aussi : veiller à toujours maintenir les pieds au chaud.

4. Manger de tout, mais peu, et avec de bonnes graisses saines (coco ou olive bio) & éviter les aliments suivants : alcool, soda, caféine, SUCRES sous toutes ses formes et graisses saturées, sel raffiné, aliments tout prêts.

5. Derniers conseils :

- Ce plan ne s’applique qu’aux adultes à l’immunité normale ; il ne s’applique ni aux enfants, ni aux vieillards, ni aux personnes ayant une immunité diminuée.

-  Les câlins font beaucoup de bien ; donc, si vous le pouvez, serrez le plus de monde possible dans vos bras. Des chercheurs ont en effet découvert que les étreintes renforçaient le système immunitaire !

- Si vraiment votre crâne ou vos muscles vous font trop mal, vous pouvez prendre une aspirine – mais essayez d’éviter d’en prendre.

- Voilà ! Si vous suivez mon plan, vous devriez être quitte de votre vilain refroidissement en 4 jours (et sentir un mieux dès le 2ème jour).

Dans le cas inverse, consultez.

PN : la beauté du diable

beauté du diable2

Comment tombe-t-on dans les filets d’un PN ? Même s’il(elle) n’est pas beau, on est irrésistiblement attiré(e) par le pervers, parce que c’est un rusé renard, et que son petit numéro de charme est très au point !

Le pervers narcissique, vous le savez, est plein de lui(d’elle)-même, mais est si bon acteur qu’il arrive à nous persuader qu’il est plein de nous, qu’il est sensible, amoureux, tout dévoué et surtout, pareil à nous …

Comme un psy (du reste, il y en a pas mal qui font ce métier), il s’intéresse au fonctionnement de l’esprit, mais seulement dans le but d’augmenter son propre pouvoir sur les autres.

Ces êtres ont senti notre bonté intérieure, nous ont étudié(e) et nous offrent exactement ce qui est important pour nous. Alors, on est impressionné(e), admiratif(ve) et on leur tombe dans les bras !

Un PN est toujours très convaincant ; forcément, c’est un cinglé qui finit par croire lui-même aux fables qu’il invente ! Au fur et à mesure des années, il a « senti » (il a un flair véritablement démoniaque pour ça), il a observé, s’est entraîné à présenter une façade de normalité – en sorte que, tel un caméléon, il s’adapte instantanément à l’être qu’il a en face de lui…

Leur jeu préféré : la projection (= projeter sur vous leur folie, leur colère et leurs tares). Donc, si vous en fréquentez un, vous aurez droit immanquablement à des jeux malsains, sataniques ; ils joueront les victimes, et vous feront passer pour l’agresseur, pour ensuite se donner le mérite de vous « pardonner » ou d’ »essayer de vous aider », par ex … Bref, voyez comme ils sont cools, gentils, magnanimes… Et vous, êtes le mauvais(la mauvaise) et dingue de surcroît ! On voit ici la projection à l’œuvre, dans toute sa splendeur !

Et n’espérez pas de lui(d’elle) d’être fidèle : avec un PN, on est toujours trompé(e) – et ils sont si habiles à mentir qu’on n’en apprend rien pendant des années… Si on a des soupçons (et il en « lâche » exprès, car il aime jouer avec le feu et nous rendre dingue), on se fait traiter de paranoïaque, de malade mental(e) !

Comme ils ont toujours une longueur d’avance sur nous et qu’ils connaissent nos façons de réagir, ils mettent au point des stratégies imparables pour nous démolir. Et ceci nous dessert également lors du divorce ou de la rupture. Nous, on est dans l’urgence, l’émotion, la réaction, alors qu’eux ont mis en place toutes les pièces du jeu d’échec, et monté un scénario destructeur, avec toutes sortes de pièges, dans lesquels on ne peut que tomber.

Et le pis, c’est qu’ils sont suivis dans ces mensonges par les acteurs sociaux, les juges & les psys !

Nous, par contre, comme on vit avec eux au quotidien pendant des années, qu’on en souffre, et qu’on cherche des réponses à notre mal-être en s’informant, on en vient (oh, quel horreur est ce jour, où l’on découvre qu’on est lié(e) à un être démoniaque !) à percer le brouillard dans lequel ils s’enveloppent et à voir leur vraie nature. Quand le PN se voit percé à jour, il peut soit être en rage, soit disparaître de votre vie – pour chercher une autre victime innocente, ou des complices (mal informés ou encore plus « dérangés » que lui) qui l’assisteront dans son œuvre de destruction – & celui(celle) qui est à abattre, c’est vous !

Des explications ?

1) C’est parce qu’enfant, son faible esprit a craqué sous les épreuves, qu’il a dû se bâtir cette armure pour survivre, une armure brillante, qui reflète l’extérieur, et avec rien à l’intérieur ! (car il ne reste rien, le PN est vide).

2) C’est parce que cet état (tout en extériorité, avec rien à l’intérieur) est pitoyable au fond, qu’il croit lui-même à sa belle apparence.

3) Enfin, c’est parce qu’au fond, il est très faible, qu’il perçoit la moindre remarque comme une menace à sa survie, et qu’il y réagit si fortement.

Conclusion :

Le démon est séduisant et séducteur (= menteur)… Alors, pardonnez-vous d’avoir « marché » ou d’être resté si longtemps dans une relation avec lui. Vous l’avez fait parce qu’un être normal ne peut tout simplement pas imaginer qu’une telle noirceur existe, qu’on puisse attirer quelqu’un exprès pour lui faire du mal, et jouir de ses souffrances…

Informez-vous, cessez de croire les paroles, mais plutôt, regardez les actes & faites confiance désormais à vos sensations, pour ne plus vous faire avoir.

Alors, le prochain vampire qui vous prendra pour cible et viendra vous jouer la comédie de l’admiration… s’y cassera les dents !

L’après-PN : une guérison longue & pénible

rupture

 

Après la rupture d’une relation amoureuse, il faut toujours un certain temps pour « récupérer », mais le temps de récupération après une relation avec un PN, est particulièrement long – au point qu’on en vient à penser qu’on n’en sortira jamais … C’est vrai qu’il y a quelque chose d’abîmé à jamais, une part de joie de vivre & d’innocence qui ne reviendra pas… Mais il y a du positif ; dorénavant, on connaît les « signes » et cela nous rend apte à reconnaître très vite un PN, et à ne plus devenir sa proie (ou de s’en sortir rapidement).

Le souci, une fois de plus, c’est les autres ; amis, famille, thérapeutes, acteurs sociaux, qui – en toute ignorance et inconscience – répètent à la victime qu’« il est temps d’aller de l’avant » et qu’elle doit « cesser de ressasser » !

On ne demanderait pas mieux que d’aller de l’avant, figurez-vous ! C’est l’autre ordure qui nous pourchasse et refuse de sortir de notre vie !

Mais même si le PN ne vous harcèle pas (car, comme son ego ne peut supporter que sa proie lui échappe, sa violence ne cesse pas, mais au contraire, s’intensifie après la rupture), vous remettre d’une relation avec ce genre de vampires, prendra plusieurs années, marquées de hauts (retour à la joie) et de bas (déprime, découragement).

Si vous savez que cela durera longtemps, vous serez plus indulgent(e) envers vous-même. Il faut cesser de se blâmer,  d’être impatient(e) ( = vouloir que ça aille plus vite),  et surtout de croire que le PN a «gagné» si vous êtes toujours mal. Chassez les pensées à son sujet, et focalisez-vous sur vous-même.

Mais pourquoi est-ce que ça dure aussi longtemps ?
1) Vous étiez amoureux(se)

Oui, c’était un amour faux, car fabriqué, où l’autre a manipulé vos espoirs et s’y est adapté pour vous présenter l’image du prince charmant de vos rêves, mais votre amour, lui, était réel. Or, l’amour est l’émotion la plus forte et le lien humain le plus puissant au monde, et vous l’avez ressenti avec tout votre cœur. Il est toujours très douloureux de perdre quelqu’un qu’on aime, quelqu’un avec qui on croyait rester le reste de sa vie.
Notre âme doit donc guérir de ces pertes.. et cela prend du temps.

2) Vous étiez désespérément amoureux(se)
Voici où nous bifurquons des ruptures régulières. Les psychopathes fabriquent le désespoir et le désir. Vous avez probablement dû travailler plus fort pour cette relation-là que pour toute autre… Dans cette relation, vous avez investi bien plus de temps, d’énergie et de pensée, que dans toute autre relation – vous vous y êtes littéralement épuisé(e)… Et votre récompense pour tout cet amour ? La pire douleur de votre vie !

Au début, le PN vous inondait de son amour et de son admiration, d’attention, de messages, de compliments & même de cadeaux, et il semblait être votre âme-sœur ; tout(e) pareil(le) à vous : mêmes goûts, même philosophie de vie, … Et il vous trouvait parfait(e) à tous points de vue : belle (beau), intelligent(e), doué(e), gentil(le), travailleur(se),… Durant cette période bénie, vous voguiez sur un nuage…

Mais après un certain temps, il s’est refroidi, et vous êtes tombé(e) sur des signes montrant qu’il y en avait un(e) autre en jeu…Votre cœur a compris que votre Prince Charmant pouvait vous quitter. Alors, comme vous ne compreniez pas le pourquoi de son « refroidissement » et comme vous aspiriez à ce que ça redevienne comme avant (= comme au début, quand il était fou de vous et vous adorait), vous êtes devenu(e) obsédé(e) par lui (ou elle) et avide de lui plaire.  Vous vous coupez en 4 pour retrouver toutes les merveilleuses attentions du début.

Sans le réaliser, avec lui (elle), vous vous êtes finalement retrouvé(e) à toujours souffrir, quémander, tenter de deviner, vous ronger les sangs, avoir peur, jalouser, être dans le brouillard, tenter de le guérir ou de l’apaiser, ou de vous améliorer pour lui plaire (ou ne pas risquer de lui déplaire & de le foutre en rogne)… Bref, un mode de vie fou, déséquilibré, imprévisible.

C’est exactement là que le PN vous voulait, c-à-d à sa botte. Et c’est là qu’il vous a mené(e) avec ses mensonges, ses dénis de la réalité, et à la triangulation – car on n’est jamais que 2, avec un PN : il y a toujours une autre femme – ou un autre homme – qui fait partie du tableau !

Comme vous êtes frustré(e), confus(e) et donc obsédé(e), vous tombez dans un état d’amour désespéré, malsain. Votre esprit vous convainc que si vous le ressentez si fort, c’est que ça doit être l’homme (la femme) de votre vie, et que personne d’autre ne pourra jamais vous faire sentir un sentiment si puissant.

Alors, vous ne pouvez envisager de rompre.

Et si la rupture arrive, vous êtes démoli(e)… Vous avez TELLEMENT investi de vous-même dans cette relation !

3) Alchimie
Les psychopathes sont séduisants, attirants, et nouent un puissant lien affectif et sexuel avec leurs victimes. Ceci est dû à la façon dont ils forment votre esprit à devenir dépendant de leur approbation.
En vous jouant d’abord la comédie de l’adoration totale, vous abandonnez toute méfiance et commencez à faire dépendre votre bonheur et votre estime de soi de lui, de son avis. Dans le cerveau, cette approbation fait s’activer des hormones de bonheur, dont on devient dépendant(e). C’est une drogue puissante, très addictive !

Le PN vous offre cette drogue abondamment au début et, dès que vous devenez dépendant(e), il commence à vous la retirer. Bien sûr, vous êtes en manque, et vous commencez à lui courir après  …et ce alors qu’au début, il (ou elle) vous courait après comme un malade ! Rappelez-vous ; souvent, à la base, vous ne vouliez même pas de lui (d’elle) !

Et tandis que vous faites tout pour en recevoir encore, le PN s’amuse à ne vous en fournir que juste assez, pour que vous ne mouriez pas d’inanition ! Car comme le PN est un vampire se nourrissant de nos émotions, et que la plus nourrissante est la frustration (douleur & colère), il doit, pour se nourrir, nous maintenir sans cesse dans un état de frustration !

Il a bien étudié ce qui comptait pour nous (et on le lui a dit) et c’est CELA précisément dont il nous inonde au début, et qu’il nous retire (pour nous frustrer) plus tard…

4) La triangulation

L’infidélité est si douloureuse qu’elle nous démolit pour des années, nous laissant d’énormes cicatrices, de l’insécurité, un sentiment de ne pas être « assez », …

Un PN vous fait toujours vous comparer aux autres. Rien que cette douleur-là prend beaucoup de temps à guérir.
Or, non seulement un PN vous trompe, mais en plus, il s’en vante, montrant à quel point l’autre est mieux que vous.

5) Vous avez rencontré le Mal pur
Les règles humaines ne s’appliquent pas à un PN. Pendant la relation, vous avez essayé de faire preuve de compassion, d’être facile à vivre, et de pardonner. Vous ne vous doutiez pas que la personne que vous aimiez a utilisé ces choses contre vous…

Les gens nous disent souvent qu’on est maso, ou qu’on doit être bête pour ne pas comprendre, alors qu’en fait, c’est proprement insensé ! Personne de normal ne peut imaginer une telle noirceur ! Pour comprendre son comportement, vous avez projeté sur lui une conscience humaine normale… Mais un PN n’en a pas !

Il n’y a qu’un autre pervers qui pourrait comprendre ce qui se joue, et comme on n’en est pas un, on est dans le brouillard, c’est normal !

Ce n’est que quand quelqu’un nous explique la psychopathie ou le narcissisme, que tout commence à faire sens ; on comprend enfin les raisons de sa cruauté et de son insensibilité… Et l’on est dégoûté(e) & horrifié(e) d’avoir donné à un tel démon, accès à notre vie.

Mais ceux qui ne vivent pas ceci – nos proches (amis, famille, collègues) ou les psys ou autres instances officielles – ne nous comprennent pas.

Pourtant, pour guérir, il faut que notre statut de victime soit officiellement reconnu et que le coupable soit puni.

On peut heureusement obtenir le 1er, grâce aux groupes de victimes : là, on découvre qu’on n’était pas folle (fou), comme le PN le prétendait, et que d’autres ont vécu la même expérience inhumaine…

On s’en sort, mais plus méfiant(e)… L’innocence, l’insouciance, la confiance en l’humain, sont mortes. Restent une certaine anxiété et hyper-vigilance.

6) Votre âme a été blessée très profondément
Après la rupture, on est souvent très déprimé, insensible à tout, sans intérêt pour le monde autour de vous. Les choses qui avant, vous rendaient heureux(se), vous indiffèrent et vous craignez que votre rencontre avec ce monstre ait détruit votre capacité d’empathie, de ressentir et de vous soucier d’autrui.
Votre âme, bien qu’endommagée, n’est pourtant qu’engourdie et affamée. Si vous commencez à découvrir le respect de soi et de vos limites, elle reprendra des forces, et vous recommencerez à sentir et à aimer la vie.

En fin de compte, vous quitterez cette expérience avec une sagesse accrue sur le monde ; désormais, si vous re-rencontrez des personnes toxiques, vous reconnaîtrez la manipulation rapidement…

Ca ne durera pas longtemps avant qu’ils ne soient dévoilés et rejetés ; vous refuserez d’être traité(e) ainsi à nouveau. Vous rechercherez la compagnie de gens gentils, honnêtes, bons.  Vous savez que vous ne méritez rien de moins !
Cette nouvelle force trouvée est le plus beau cadeau de l’expérience psychopathe. Et il vaut chaque seconde du processus de récupération, car il vous servira pour le reste de votre vie.

Ne râlez plus si vous mettez du temps à vous remettre ; vous avez vécu l’enfer – et il n’y a pas de solution miracle pour cela. Ces années de reconstruction sont sans doute les plus importantes de votre vie..Vous verrez !

Le PN s’amuse

PN s'amuse

Aux yeux d’un PN, vous n’êtes pas un sujet… vous existez à peine ; vous êtes une chose, un(e) esclave, une source de sang frais ou de nourriture, un outil… et rien de plus.

Pour eux, tout et tout le monde n’est qu’un moyen, qui sert leurs objectifs. Ils sont dénués de conscience, car la conscience rend faible, et ils refusent la faiblesse. S’ils semblent faibles (ou regretter, ou pleurer, ou victimes,..), soyez sûr(e) que c’est parce qu’ils ont un but en vue, et que cette attitude-là – celle qu’ils ont choisie et qu’ils vous interprètent avec brio – sert à appâter & attirer une victime…

Sans doute possédez-vous de grandes vertus, pour avoir été choisi(e) comme cible d’un PN…Vous êtes prêt(e) – et ça, ils l’ont vu tout de suite – à vous dévouer pour eux en  vous sacrifiant, en oubliant votre être propre et vos besoins…

Et les PN utilisent nos qualités (la compassion, l’empathie, le dévouement) contre nous – ils changent en faiblesses ces qualités précieuses et c’est par là (par notre humanité et bonté) qu’on tombe dans leur piège & qu’on s’attache à eux.

Aussi longtemps que vous « restez à votre place » et jouez le rôle d’esclave soumis(e) que le PN attend de vous, tout va +- bien (jamais « bien », évidemment, puisqu’il est impossible de vivre dans une ambiance sereine avec un PN). Disons, par conséquent, que vous êtes utilisé(e) une partie du temps, et ignoré(e) le reste du temps.

Mais si vous commencez à penser par vous-même, ou à montrer des idées ou des émotions personnelles, ne vous étonnez pas de vous faire attaquer !

Il est facile – pour ceux qui ont eu la chance de ne pas croiser le chemin d’un PN – de conseiller de quitter ce dernier mais si vous êtes – ou avez été – en relation avec un PN, vous savez qu’il est impossible de les quitter … Ils continuent à vous harceler.

Et si vous réussissez à vous sauver, vous devrez encore supporter de passer pour le mauvais (ou la mauvaise) auprès de vos proches mal informés et d’autres instances officielles ; car tout narcissique possède une armée d’acolytes, qu’il a dressés à faire le sale boulot pour lui… Pendant ce temps, lui, il admire le spectacle & jouit de vos souffrances !

Un PN se fiche d’ETRE bon, mais estime essentiel de PARAITRE bon (pour lui, l’Image est tout) – donc, il a, depuis des années, étudié les codes sociaux et y est devenu maître. Et comme tout PN est un parfait comédien, quand il est en public, en fait, il fait tout un show, paraissant sympa et gentil, bon, raisonnable.

Vous par contre, sa victime, apparaîssez comme dingue, illogique, déraisonnable et mauvais(e).

Donc, c’est NOUS qui avons les problèmes, qui sommes blâmé(e)s et puni(e)s, tandis que Monsieur (ou Madame) joue les incompris, les « pauvres victimes » !

Et quand on raconte la vérité, on n’est pas cru(e)s… Les gens croient le « show », le mensonge, l’apparence, et se méfient de la vérité.. Un comble ! De tout ce qu’on subit, je crois que c’est encore cela – cette trahison de nos « frères » humains – qui est le plus douloureux !

Béatrice de Laat

Tous mes Livres