Le secret pour se harponner un homme

femme pêche

Avertissement : cet article est aussi traduit tel quel de Roosh (The secret to landing a man : http://www.rooshv.com/the-secret-to-landing-a-man) et contient donc aussi un langage fort grossier.

La culture féministe a fait du bon boulot en dérobant aux femmes américaines leur allure naturelle féminine. Tout ce qui reste sont des coquilles vides d’androgynie humaine, mendiant pour être remplies – générées par de soi-disant expertes en relations qui elles-mêmes n’ont pas réussi à se harponner un homme.

Cosmo, les livres de self-help & Jézabel remplissent le vide avidement, créant des femmes peu attirantes & avec qui il est pénible de parler.

Si l’on veut résumer ça en une phrase, voici ce qu’ils enseignent aux jeunes femmes d’aujourd’hui : «Il suffit de faire ce que les garçons vous font. »

Vous voulez attirer un mec ? Parlez de votre super travail de bureau ! Vous voulez qu’il soit plus intéressé par vous ? Soyez pleine d’esprit, drôle, et intéressante ! Vous voulez qu’il se pose des questions sur vous ? Ignorez-le !

Et après s’être moquées du livre « the Game » quand il est sorti, elles en ont maintenant adopté un chapitre entier en niant tellement les hommes que c’est devenu le principal moyen de « flirter » pour les femmes américaines.

Les femmes pensent, « Un gars a utilisé cette méthode sur moi et j’ai baisé avec lui, donc, ça doit marcher ! »

Elles pensent honnêtement que les hommes et les femmes sont les mêmes, et donc que le « Jeu » (« the Game ») peut être interchangeable. Que ce n’est qu’une question de temps avant qu’elles n’apprennent comment pisser debout.

La chose encore plus confusionnante, est qu’ils ont amené les hommes à croire qu’ils sont plus heureux avec une femme qui a un bon travail, est pleine d’esprit et lui démolit les couilles. Mais cela est un tout autre sujet.

Voici le secret de comment attraper & garder un homme :

1. Passez la plus grande partie de votre temps libre à améliorer votre apparence.

2. Abaissez vos normes.

Tout problème qu’une fille peut avoir avec un gars est parce qu’elle n’est pas assez pour lui. C’est aussi simple que cela. Je me fiche de savoir si une femme est mentalement déficiente, mais si un homme sent qu’elle est beaucoup plus belle que lui, qu’elle est «hors de sa portée », il la poursuivra avec tout ce qu’il a & voudra l’épouser.

Si un Russe qui « vaut » un 9/10 voulait sortir avec vous mais ne parlait pas un mot de français, je parie que vous prononceriez votre première phrase en russe en une semaine. Toutes les plaintes possibles qu’un gars a sur sur la personnalité ou le caractère d’une fille s’évapore comme par magie s’il voit qu’elle est « hot ». (belle, sexy)

Quand un homme pose une question sur la façon d’obtenir une fille, c’est qu’il l’a déjà perdue. Quand une femme pose des questions sur la façon d’obtenir un gars, elle n’est pas assez belle. Des questions ?

D’accord, je vois qu’il y a des mains levées dans le public de hamster …

« Mais j’aime vraiment ce gars et je ne lui plais pas. »

Vous n’êtes pas assez belle. Passez plus de temps à améliorer votre apparence et abaissez vos normes.

«Je veux un mec beau, comme celui de ma copine. »

Vous n’êtes pas assez belle. Passez plus de temps à améliorer votre apparence et abaissez vos normes.

«Je travaille avec ce gars nommé Trevor. Je lui donne beaucoup de signaux, mais il ne me demande pas de sortir avec lui. Quel est le problème? « 

Vous n’êtes pas assez belle. Passez plus de temps à améliorer votre apparence et abaissez vos normes.

«Les gars ne veulent avoir des relations sexuelles avec moi. Que dois-je faire pour entrer dans une relation ? « 

Vous n’êtes pas assez belle. Passez plus de temps à améliorer votre apparence et abaissez vos normes.

Si vous êtes une fille et que vous devez penser au «jeu» à un moment pour essayer d’obtenir un gars, vous n’êtes pas à la hauteur et visez trop haut. Sinon, il vous poursuivrait, sans aucun effort de votre part. Le jeu correct pour une fille est d’améliorer son apparence et de réduire ses normes.

Ce que cela signifie est que vous devez obtenir un homme qui est moins beau que vous. C’est comme cela que ça fonctionne dans la plupart du monde. Vous ne méritez pas l’homme beau parce qu’il y a 99,8% de chances que vous êtes loin d’être aussi sexy (ou jolie, peu importe ce que disent vos amis).

Vous avez de la chance que il y a un homme qui est prêt à supporter vos conneries et vos névroses. Prenez ce que vous pouvez obtenir, et je ne plaisante pas. Sinon, commencez à construire votre colonie de chats.

Les femmes à Trou à merde Industriel, mon lieu de vie actuel, sont très pointues sur leur apparence. Je vous jure qu’une 5(/10) peut se faire ressembler à une 8 dans un club, mais elle est avec un mec 4. Elles maximisent leur apparence et se trouvent quelqu’un qui est toujours sous leur niveau d’attractivité.

Croyez bien que ce mec 4 est heureux d’attraper ce qui apparaît parfois comme un 8, ce qui signifie qu’il ne va pas être infidèle ou froid avec elle. La femme n’a pas besoin de jeu pour le garder, parce que quand tout ce maquillage et faux cheveux est ôté, elle est toujours un mannequin pour lui. Il l’adore.

En Amérique, vous avez des filles de cotation 6 qui ressemblent à des 5 avec leurs tongs et leurs cheveux courts, et qui tentent d’accrocher un gars 8. Aucune somme de lecture de Cosmo ou « jeu de fille » ne va résoudre ce problème.

Purée, vous pouvez gagner à la loterie et même ainsi, un gars 8 ne va pas vouloir supporter votre médiocre cul. Obtenez un gars 4, enveloppez-le autour de votre doigt, et soyez reconnaissante que vous n’ayez pas à acheter plus de chats.

Comme vous pouvez le voir, le problème de trouver un homme n’a rien à voir avec le jeu ou qu’il ne reste pas de «bons hommes» dans le monde. Le problème est que les femmes ont grandi dans la culture de fantaisie qui leur enseigne qu’elles peuvent obtenir un homme plus beau qu’elles, une chose qui n’est arrivée souvent au cours de l’histoire humaine.

Pour toutes les futures mémères à chat qui me lisent : améliorez simplement votre apparence, visez bas, et vous ne devrez jamais plus vous soucier du « jeu » ou de garder un homme. Vous savez que vous avez bien agi quand votre mec est assez laid que pour que tout le monde pense que la seule façon qu’il a eue de vous attraper est parce qu’il a une grande bite.

Bonne gouvernance…?

doigt d'honneur bouge

J’avais déjà parlé ici – http://www.bonheuretamour.com/2013/01/24/une-vie-doiseau-mouche/ – de l’inanité d’un travail de brute, qui nous vole notre vie & ne profite qu’à d’autres (les gros capitalistes). J’aimerais à présent montrer comment, pour se protéger de voleurs hypothétiques, on a créé un ogre (l’Etat) à qui on sert de bétail…

Une bonne amie à moi travaille depuis 20 ans comme fonctionnaire.

Elle a passé par divers services (par ex, à la Justice, où ses collègues avaient créé un site porno… voilà à quoi l’Etat « travaille » & s’occupe des affaires du pays !) et était souvent indignée de comment les « gros » nommaient leurs potes aux postes à pourvoir.

Eh oui ; les jobs les plus désirables (fournisseurs d’argent & de pouvoir) sont depuis toujours offerts à des gugusses sans autre compétence que de savoir lécher les bottes (je reste polie !) du dirlo !

Pas besoin de se demander pourquoi le pays va mal & pourquoi c’est un tel foutoir !

Mais – ô joie, ô bonheur ! – tout ceci appartient au passé ! Fini le favoritisme & le copinage !

En effet, notre admirable gouvernement – qui condamne tout népotisme – a pris d’énergiques mesures pour éviter ces vilains travers de certains ministres, directeurs de cabinets ou autres décisionnaires.
Maintenant, plus question de promouvoir ses potes ; une ère d’équité se lève, où un sévère processus de sélection, rigoureusement scientifique, sera appliqué.

Bref, on ne choisira plus que des gens capables, qui devront prouver leurs compétences lors d’un test.

Hélas, ces belles intentions se heurtent à l’esprit humain, qui est astucieux & trouve toujours un moyen de contourner les lois & règlements…

Donc, les directeurs ont décidé qu’il y aurait un test écrit, mais aussi un test oral avec lesdits décideurs, pour juger des aptitudes des divers candidats.

Or, pour contourner le règlement & pouvoir continuer à faire exactement ce qu’ils veulent, les directeurs ont décrété que le test écrit ne compterait que pour 5 ou 10% et l’entrevue, pour 90 à 95% des points…

Vous voyez l’astuce ; même si les candidats extérieurs sont excellents et le chouchou du ministre, médiocre, c’est quand même ce dernier qui aura le poste, puisque les décideurs peuvent coter les candidats au test oral comme ils veulent, et qu’il n’y a que celui-là qui compte (vu qu’il fournit + de 90% des points).

En fait, les frais pour faire venir les candidats, pour créer le test écrit et le surveiller, sont encore de l’argent public jeté à la poubelle (mais tous ces pourris s’en fichent royalement, bien entendu !), puisque le résultat est connu d’avance…

Et ces pauvres diables qui cherchent un boulot, qui se déplacent, qui s’inquiètent et se creusent la tête pour répondre adéquatement aux questions du test.. ce n’est pour eux qu’une perte de temps & d’énergie, car, quel que soit leur mérite, leurs compétences, & leur dévouement, ils n’ont AUCUNE chance de décrocher l’emploi ! Ca fait pitié, vraiment !
Au bureau où mon amie travaille, par ex, il y a une place de chef à pourvoir, et tout le monde sait que ce poste sera donné à un certain Ahmed (un pote du directeur).

Ceci est déjà assez scandaleux, mais ça ne s’arrête pas là …

D’autres personnes, à part ce Ahmed, auraient aussi bien voulu décrocher ce job de chef, et protestent bruyamment que ce soit Ahmed qui y soit nommé, et pas eux.

Alors, pour leur clore le bec, le directeur a décidé de les augmenter ; tous les râleurs recevront désormais la paie d’un chef, mais sans le titre … C’est beau, non ?

Décidément, alors que la plupart de la population se débat dans les ennuis d’argent, l’argent coule à flot au gouvernement !

A méditer…

Vie de couple : comment bien s’entendre ?

Couple aspects

Dans « le secret de l’homme » (http://www.bonheuretamour.com/2014/02/10/le-secret-de-lhomme/), je dévoilais pourquoi les hommes sont obsédés par le sexe.
Mais l’article ne parlait pas de comment bien vivre avec eux au quotidien ; les questions « pratiques » (leurs rouages ​​internes) restaient à traiter.

Dans cet autre article http://www.bonheuretamour.com/2015/03/13/differences-hommes-femmes-2/, j’expliquais la plupart des différences physiques & mentales entre les sexes.

Mais il manquait encore de « concret » et donc, je voulais développer cet aspect des choses…

Voilà qui est fait !

Il arrive souvent qu’une femme soit effarée par son homme & se demande comment il peut être aussi stupide, insensible, ignorant ou égoïste… Mais ces choses qui vous font douter de son acuité mentale ou émotionnelle s’explique en fait parce que les hommes sont tellement différents des femmes.

En connaissant ces différences, et la façon dont ces êtres étranges fonctionnent, vous serez moins frustrée & en obtiendrez plus souvent ce que vous voulez.

Pour pouvoir vivre plus agréablement avec ces extraterrestres, il faut savoir ce qu’ils aiment & estiment, et ce qui les motive ou les dégoûte.

– leurs valeurs :

D’abord, vous devez savoir quelle est la « devise » qu’ils estiment, car c’est ce qui fait qu’on adopte certains comportements et qu’on en évite d’autres. Si vous voulez influencer un homme, vous devez savoir ce qu’il chérit ; l’argent, le temps, sa voiture, son fils d’une union précédente, un secret ou une crainte enfouie … ?

Si vous voulez savoir ce que votre homme ressent, observez comment il traite ce qu’il valorise – et s’il vous donne ce qui est précieux pour lui (que vous l’appréciiez ou non), il a accompli un acte d’amour signifiant plus pour lui que tous les mots qu’il pourrait dire.

Il faut savoir ceci parce que ça évitera bien des disputes. En effet, un même acte peut générer des réactions opposées selon qu’on s’y attend ou pas : quand on attend A mais que l’on obtient B, on est frustré, alors que quand on attend B et que l’on obtient B, on ne l’est pas.

Les femmes sont souvent mécontentes de ce que leurs hommes font ou ne font pas, non parce que ce qu’ils font ou ne font pas est mal, mais parce que ça diffère de ce à quoi elles s’attendaient.

Par ex, les femmes expriment l’émotion (l’amour, par ex) verbalement, alors que les hommes l’expriment en utilisant leur « devise ».

Il faut se dire ceci : il vaut mieux que votre homme vous aime vraiment, à sa façon, plutôt que de vous jouer une comédie (& vous en vouloir pour ça) en essayant de vous aimer de la façon qui vous arrange…

Peut-être ne voyez-vous pas qu’il vous donne cet amour que vous désirez, mais sous une forme que vous ne reconnaissez pas, ou que vous lui demandez une chose qu’il ne possède pas.

Vous devez comprendre que l’homme communique ses sentiments par des actes plutôt que des mots.

S’il y a des malentendus à ce niveau, vous devez changer ça en identifiant ce qu’il valorise, et en remarquant s’il le partage avec vous. Si sa « valeur » est son temps, est-ce qu’il le partage avec vous ? Si c’est sa voiture, est-ce qu’il vous laisse la conduire ou pas ? Si c’est son fils, est-ce qu’il vous encourage à interagir avec lui, ou vous exclut ?

– auto-protection :

En relation, les hommes se protègent toujours. S’ils se sentent en quelque manière inférieurs, inadéquats ou indésirables, ils feront tout pour éviter que cela se sache.

Donc, persuadés que l’attaque est la meilleure défense, ils attaquent avant que l’autre ne le fasse. Concrètement : si, pour une raison quelconque, ils pensent ne pas être votre prince charmant, ils chercheront activement à vous éloigner, pour pouvoir dire que c’est lui qui vous a rejetée & pas vous.

Quant à sa tactique défensive, il se dit que s’il n’expose pas – ou n’engage pas – ses sentiments, son ego, ses désirs, il ne pourra pas se faire blesser.

La meilleure stratégie pour contrer cette peur et l’auto-protection qui en découle, est d’en parler ouvertement. Mais sachez que les hommes feront tout pour éviter cette conversation, car leur ego leur interdit d’admettre qu’ils craignent quelque chose (!). Ce que vous pouvez faire est de traiter directement leur peur du rejet.

Pour vous préparer à cette conversation, posez-vous, au préalable, quelques questions importantes :

Est-ce que vous lui envoyez – même inconsciemment – le message qu’il est inférieur ou indésirable ? Est-ce que vous le placez si bas dans votre liste de priorité qu’il en déduit qu’il est indésirable et rejeté ? Êtes-vous en fait en train de le rejeter ?

Il faut rechercher si oui ou non vous déclenchez ses pires craintes – sa pire crainte étant qu’il ne soit pas assez bon pour vous, et que vous allez le rejeter.

Vous pouvez le rassurer en lui disant qu’il y a effectivement des problèmes dont il faut discuter, mais que ça ne remet pas votre relation en cause et que vous ne le priverez pas pour ça d’affection, d’amour ou de sexe.

– stéréotypes masculins :

Une grande partie du fossé entre les hommes et les femmes est due au fait que les garçons ont été socialisés d’une façon totalement opposée à celle des filles. Pour interagir efficacement avec un homme, toute femme se doit de connaître ce «code masculin», car ces croyances sont des lois profondément enracinées de comportement, une part importante de ce que cela signifie d’être un homme :

Par ex : « les garçons ne pleurent pas ». Quand ils se font mal, au lieu d’être pris en pitié, embrassés & consolés, comme les filles, ils ne reçoivent que des injonctions de « se comporter comme un homme », de prendre sur eux et d’ignorer la douleur. Une fois adultes, ils ont intériorisé la leçon et il est très dur pour eux de montrer leurs émotions.

– pensée linéaire :

Pour eux, il n’y a que ça ! L’intuition, la logique des émotions… »connais pas ! »

La plupart des hommes ont tendance à insister sur une chaîne rigide & logique de A à B, B à C, C à D, etc., alors que la plupart des femmes sont plus intuitives, plus aptes à sentir que quelque chose ne va pas, même si elles ne peuvent dire exactement quoi de façon logique.

Donc, les mâles réagissent toujours de façon « logique », froidement raisonnée, à un souci. Si vous en évoquez un, il répondra quelque chose comme ; «Tu as un problème ? Voilà comment tu peux le résoudre ! », alors que vous ne vouliez qu’exprimer vos émotions & être reconnue.

– le succès est fait de pouvoir + contrôle

Les hommes sont socialisés pour mesurer leur valeur en termes de combien ils ont de pouvoir et de contrôle, & non pas combien ils sont en phase avec les sentiments d’autrui.

L’ennui, c’est que cette socialisation mâle empêche l’intimité – puisque celle-ci implique de laisser tomber ses barrières, être vulnérable (= se fier assez à l’autre que pour lui donner le pouvoir de nous blesser)… et ça, c’est absolument contraire à la nature de l’homme !

Alors que faire ? Pour aider un homme à surmonter sa peur de la vulnérabilité et de l’intimité, il faut démystifier ce domaine ; il sait que son moi émotionnel contient des informations qui pourraient être utilisées contre lui, donc vous devez le convaincre qu’il peut vous faire confiance. Apprenez-lui que s’il ose être vulnérable avec vous, vous n’en profiterez pas pour le blesser.

Plutôt que de simplement lui demander ceci, montrez l’exemple ; ouvrez-vous à lui, révélez-lui des choses intimes… cela le poussera peut-être à faire pareil.

– compétition

Les hommes ont besoin de sentir qu’ils ont le contrôle. Au fond d’eux-mêmes, ils veulent être le chevalier blanc accourant au secours de la damoiselle en détresse.

Beaucoup d’hommes avouent franchement qu’ils se sentent menacés par la compétence des femmes. Un jeune homme ambitieux & plein d’audace sera vu dans les entreprises comme un battant, alors qu’une femme qui se conduit ainsi est vue comme une virago.

Donc, si vous êtes une battante (ou simplement intelligente, avec une pensée personelle), je vous conseille de lire les avis que je donne ici : http://www.bonheuretamour.com/2014/02/06/les-hommes-ont-ils-peur-des-femmes-malignes/ .

J’y écrivais que « L’intelligence chez une femme est une qualité que les hommes apprécient, mais elle mine la confiance en soi de l’homme, & l’admiration de la femme pour lui == > Que faire ? Une femme devrait rechercher des hommes plus malins qu’elle, ou des hommes moins malins, mais qu’elle admire.

Si la femme est très intelligente, elle doit sans cesse se souvenir de ceci et s’assurer que son homme sent – & SAIT  – qu’il est plus puissant qu’elle. »

En tout cas, débrouillez-vous pour le persuader que ce n’est pas parce que vous avez l’esprit ambitieux & autonome, que vous cessez d’être vulnérable ou d’avoir besoin de lui.

– comportement de chasseur

L’homme & la femme présentent de grandes différences sexuelles (qui sont à la fois psychosociales, biochimiques et neurologiques) et espérer qu’il pense comme vous sur ce sujet, est irréaliste.

Il faut accepter que les hommes sont des chasseurs & qu’ils cesseront de courir le jupon quand les renards cesseront de chasser les poules …

Les hommes ont moins de certaines hormones et plus d’autres hormones que les femmes, ce qui les fait réagir différemment de nous.

Pour la plupart des femmes, le sexe est avant tout une chose émotionnelle ; pour la plupart des hommes, c’est avant tout physique.

Le plus souvent, les hommes ne lient pas le sexe à l’amour ; ils ne voient pas comment le sexe et d’autres aspects de la relation sont liés. Donc, il y a des moments où votre homme vous fait l’amour, et d’autres où c’est purement récréatif ou de soulagement (ce qu’on appelle les « quickies »).

Le sexe est lié à toute une gamme de sentiment & si vous ne reconnaissez pas ça, il y aura des problèmes…

Quant à la fidélité, c’est carrément « 2 poids, 2 mesures » dans la tête des hommes ; ils trouvent normal de le faire (surtout qu’ils n’y impliquent que leur corps), mais si une femme le fait (surtout la leur), c’est un véritable crime !

Voici, par conséquent, ce qu’une femme doit savoir sur ce comportement de chasseur pour y mettre bon ordre :

Les hommes sont stimulés par la vue et donc, s’excitent s’ils se trouvent dans un environnement riche en cibles. Ils n’y peuvent rien ; leur cerveau est câblé ainsi ! Néanmoins, ce n’est pas une action réflexe involontaire sur laquelle ils n’auraient aucun contrôle ; c’est un choix !

Le tout est le niveau de conscience & la moralité de l’homme en question : a-t-il – ou pas – assez de conscience & de maturité que pour envisager les conséquences d’un « coup de canif dans le contrat » ?

Comme, d’une part, l’infidélité surgira dans plus de la moitié des couples et que, d’autre part, c’est la chose la plus douloureuse au monde, il FAUT en parler dès le début, avant qu’une crise se produise.

Il faut que chacun dise à l’autre, dès la formation du couple, ce que signifie la fidélité pour lui – comme ça, c’est clair !

En outre, comme ils sont plus superficiels que nous, & que la beauté est ce qui compte le plus pour eux), ce qu’une femme peut faire de plus efficace pour garder son homme & l’empêcher de « courir », c’est d’améliorer son physique & le niveau d’activité sexuelle dans la relation.

J’entends déjà les femmes s’exclamer ; à celles-là ( = les chochottes trop faibles que pour oser voir la réalité en face), je rappelle que : 1) pour chaque article parlant des hommes, je me base sur des articles ou livres des plus grands coaches masculins au monde, 2) j’ai conscience que c’est injuste, mais c’est comme ça ! C’est ainsi que ça fonctionne !

Souvenez-vous ; « l’efficacité est la mesure de la vérité » – et ça, ça fonctionne !

Qu’est-ce que les hommes veulent de nous ? A cette question, beaucoup d’hommes répondent par la boutade bien connue ; « tout dépend s’il est midi ou minuit » … On pourrait en déduire qu’ils ne nous voient que comme servantes (cuisinières, …) & objets sexuels… & ce n’est pas faux.

Mais ça ne suffit pas ; le fameux Dr Phil (un psychologue américain milliardaire) dit que l’homme EXIGE de sa compagne la validation.

Tout comme les voitures marchent à l’essence, l’homme marche à l’admiration ; tous, ils ont besoin d’une validation externe, et la validation de la femme qu’ils aiment est le genre qu’ils apprécient le plus.

Bref, un homme a besoin de savoir que sa partenaire est fière de lui et de ce qu’il fait. Il sait qu’il n’est pas le gars le plus beau, le plus génial, le plus riche ou le plus puissant, mais quand vous le regardez ou l’étreignez en lui disant combien vous êtes fière de ce qu’il a fait, ça vaut de l’or pour lui.

La plus grande erreur que vous pouvez faire dans une relation est de révéler ses informations personnelles ou de les employer lors d’une dispute, pour le blesser.

Si votre partenaire a fait l’effort de vous révéler ses désirs, ses craintes, ses besoins, ses espoirs, ou autres secrets, et que vous utilisez cela contre lui, il ne vous le pardonnera sans doute jamais. Donc, ayez un boeuf sur la langue avec ce qu’il vous confie.

Aussi, soyez indulgente avec votre homme. Si vous êtes toujours prête à le prendre en faute & à le condamner, il risque fort de partir. Une relation exige de mettre pas mal d’eau dans son vin ; donc, du moment que l’essentiel est là (l’amour, le respect, la communication honnête), vous pouvez « passer » sur les détails… Personne n’est parfait, après tout ! Vous non plus…

Focalisez-vous toujours sur la compréhension de la façon dont les hommes pensent, plutôt que pourquoi ils agissent comme ils font, et je vous promets que vous aurez bientôt plus de ce que vous souhaitez !

Infidélité : faut-il haïr l’amant(e) ?

F. enrage

Découvrir que notre partenaire nous trompe cause un énorme choc, une douleur terrible et, bien sûr, une rage monstrueuse … qui se porte généralement vers l’amant(e).

D’un côté, c’est compréhensible (& excusable), puisqu’on le (la) considère comme le(la) responsable de toute cette douleur et de ce « vol » (car il ou elle prend quelque chose qui n’est pas à lui (elle).

Il est très tentant de croire que s’il (elle) n’avait pas été là, notre partenaire nous serait resté fidèle… Hélas, ce n’est généralement pas vrai ; il l’aurait fait quand même, avec quelqu’un d’autre !

Après avoir appris la trahison, le partenaire trompé tend à s’obséder sur l’amant(e) ; on l’imagine comme un Don Juan ou une femme fatale, plus beau, brillant, organisé que nous … Là aussi, c’est généralement faux ; c’est le plus souvent quelqu’un de tout à fait ordinaire, et même plus laid(e) que nous.

Bref, ce « tiers » aurait pu être n’importe qui. Son seul avantage sur vous, c’est qu’il (elle) n’est pas vous, justement, et surtout qu’il (elle) ne porte pas l’étiquette « engagement » ; qu’il représente la liberté, la légèreté, l’amour et non le devoir…

Dans 99 cas sur 100, ce sont plus les circonstances de la situation, plutôt que la personne de l’amant(e), qui ont fait pencher la balance vers l’infidélité.

D’ailleurs, c’est une relation de fantaisie, toute en surface & d’apparences, où chacun des 2 se présente sous son meilleur jour, et qui n’atteindra sans doute jamais ce stade d’intimité où on se laisse aller complètement…

C’est une sorte d' »évasion », de « plage de repos », de « lieu hors du temps & du train-train quotidien », où il n’y a que le côté agréable d’une relation, loin des activités banales de la vie, et surtout, libre des restrictions, obligations & responsabilités qu’exige une vie de famille.

Et à ceci s’ajoute la nouveauté, puis, le mystère & l’intensité de devoir dissimuler… Pas étonnant que ça semble plus excitant qu’avec vous !

En fait, le plus souvent, la liaison ne constitue pas un rejet du conjoint, mais un rejet d’un rôle jugé terne ou trop lourd à porter ; un rejet de tous ces devoirs et limitations.

Comprendre ceci met un peu de baume sur nos blessures… et aide à tempérer nos opinions & sentiments envers l’amant(e).

Bien sûr, on est tenté de se rebeller contre l’idée même de relativiser, de tempérer notre colère, car la colère est une émotion qui nous fait sentir puissant … et on a bien besoin de se sentir puissant, dans le maelstrom d’émotions (surtout une grande détresse & impuissance) causées par l’infidélité !

L’ennui, c’est que ça nous ronge, nous empêche de penser clairement et nous fait agir à notre détriment.

Dites-vous plutôt ceci : si votre bien-aimé(e) a pris cet amant (cette maîtresse), soyez sûr(e) que c’est pour son rôle ; ce rôle d’apporteur(euse) de fantaisie ; bref, c’est pour ce qu’il(elle) n’est pas, et non pour ce qu’il (elle) est !

D’ailleurs, si (cela arrive dans 1,5% des cas) votre partenaire vous plaque pour s’installer avec son amant(e), il (elle) réalise vite – quand l’autre s’est installé dans le rôle de « conjoint officiel » – qu’il a conclu un marché de dupes & se retrouve à son point de départ…

Il se rend alors compte que sa croyance que l’amant(e) était différent(e), n’était qu’une illusion, et ses vieux sentiments d’être prisonnier d’une vie terne seulement faite de devoirs & dénuée d’excitation, ressurgissent… & le désir de s’en évader (par l’infidélité) ressurgit aussi…

Prenons l’exemple de mon 1er beau-frère, Philippe D. Il a épousé ma soeur en ’84 et, peu après l’achat d’une maison, est devenu infernal avec elle. Un soir, elle est rentrée du boulot & a eu la surprise de trouver l’oiseau envolé, avec toutes ses affaires (& le compte en banque vidé).

L' »oiseau » en question s’était trouvé un nouveau nid, chez une certaine Ariane, qu’il a mise enceinte… Comme cela lui pesait, il a renoué avec ma soeur (qui est aussi tombée enceinte).

Ce beau coco a donc « dû » quitter Ariane, pour s’installer chez une 3ème oiselle, Patricia.

Comme elle lui correspondait plus, il l’a épousée & lui a fait un gamin… Ils ont vécu ainsi 18 ans, & là, Patricia a acheté un appartement (avant, ils louaient) ; là, c’était trop pour notre pigeon voyageur ; il a pris son envol pour s’installer chez une Catherine… C’est beau, non ?

Bref, si votre compagnon(gne) vous trompe, sachez que 1) il y a peu de chances qu’il vous quitte pour s’installer avec l' »autre » (évidemment, c’est à voir si VOUS voudrez rester avec un(e) partenaire infidèle), 2) même s’il le fait, l’amant(e) risque fort de se retrouver très vite à votre place, confrontée à la douleur de l’infidélité (vengeance, vengeance !).

Donc, faut-il haïr l’amant ? En fait, non ; il(elle) n’en vaut pas la peine…

Erreurs minant les relations

tango coule

« Quand on n’est pas Dieu, il faut être deux ! »

Une bonne relation est la seule chose capable d’adoucir les épreuves de la vie et la science a prouvé que cela nous fait vivre plus longtemps en protégeant notre santé physique & mentale.

C’est donc une chose très précieuse…. Par conséquent, lorsqu’on en a trouvé une, il faut savoir comment la nourrir et comment éviter les erreurs qui la minent & la détruisent (voir : http://www.bonheuretamour.com/2012/11/18/la-relation-est-le-1er-enfant-dun-couple/ ).

Mais comment peut-on le faire si on est mal (ou pas) informé ?

Un proverbe dit qu' »on contourne un rocher mais qu’on trébuche sur un caillou ». Eh bien, c’est exactement ça en relations ; ce sont les « petits détails » – qui semblent sans importance – qui font capoter une relation.

Et personne ne nous informe (si ; moi !).. Pis, même ; les médias nous abreuvent de fausses informations !

Voilà d’ailleurs pourquoi les copains-copines (qui ont, eux aussi, grandi dans cette culture) sont bien pour écouter

(ça nous apaise en cas de déprime), mais pour le reste, peu sont capables de nous donner de bons conseils !

On nous dit, par ex, que l’amour vainc tout, ou que tout est permis…

Mais, ces dernières années, les neurosciences ayant fait un bond en avant, ces théories furent trouvées fausses, inefficaces et de nouvelles pratiques, plus réalistes & efficaces, sont apparues – qui contredisent ce que la plupart des gens ‘ou même des thérapeutes de couple) trouvent acceptable en couple.

J’avais déjà traité des 6 « tue-l’amour » (voir http://www.bonheuretamour.com/2013/12/14/les-causes-du-desamour/ ) ; exigences égoïstes, jugements irrespectueux, crises de colère, habitudes agaçantes, attitude indépendante & malhonnêteté.

Voici à présent 5 pratiques jugées normales par beaucoup, mais nocives & à éviter absolument en couple :

– être jaloux « par amour »:

La jalousie est une chose égoïste & nous pousse à être malhonnête, irrespectueux, & à piquer des crises de rage…bref (voir + haut) 4 « tue-l’amour » … c’est beaucoup !

En effet, cette jalousie « amoureuse » consiste à s’énerver si notre partenaire parle, touche, appelle, « texte »à un(e) autre, et à tenter de contrôler son comportement.

Cela mène à des actes dingues comme de pirater son compte mail, lire en cachette son courrier ou ses messages sur son portable, fouiller ses vêtements & sacs, le suivre ou le faire suivre, débarquer à son bureau à l’improviste, etc.

C’est irrespectueux ! Et il y a encore des gens pour croire que c’est une preuve d’amour & que, si leur partenaire n’est pas jaloux, c’est qu’il (elle) ne les aime pas !

L’amour, c’est le DON – alors que celui qui se permet d’agir ainsi, fait preuve d’égoïsme ; sa colère est du contrôle et de la manipulation. Le jaloux, loin d’avoir en vue le bien de l’autre en créant une ambiance sereine & harmonieuse, lâche la bride à ses pires démons, créant le drame, la souffrance et les combats inutiles.

Il transmet un message d’un manque de confiance en l’autre – ce qui est humiliant. Voilà pourquoi c’est un défaut que je supporte personnellement pas du tout ; j’ai toujours ressenti les scènes de jalousie comme si mon mec me traitait de putain, incapable d’être en présence d’autres hommes sans coucher avec eux ! C’est insultant !

Si votre autre ne peut pas vous faire confiance, c’est qu’il (elle) vous prend pour un menteur (euse) et un coureur de jupons pas sérieux (ou une grue), non ? Alors pourquoi reste-t-il (elle) avec un être si méprisable ?

De toute façon, quand on est respectable, on exige le respect – et dans ces conditions, il est hors de question de rester avec quelqu’un qui a une si mauvaise opinion de vous, ou qui se permet de vous traiter aussi mal, ne trouvez-vous pas ?

Il faut faire confiance à votre partenaire ; un peu de jalousie (& encore) est naturelle, mais il ne faut pas l’écouter & la laisser jouer les folles du logis dans votre cerveau. Quand ce serpent vert redresse la tête, tapez-lui sur la tête ; faites-le taire ! Sinon, vous attirerez ce que vous craignez le plus … C’est ce qui est arrivé avec mon 1er petit ami, Patrick Van Hove ; je l’adorais, mais, à cause de ses scènes de jalousie, l’amour que je sentais pour lui a diminué de plus en plus, et finalement, je l’ai trompé & plaqué !

« ignorer » les problèmes :

Certains refusent de reconnaître qu’il y a un problème et, au lieu d’en parler & de tenter de le résoudre, ils se rabattent sur une compensation (manger, alcool, un voyage, un achat,..).

Bref, on couvre les problèmes profonds avec des plaisirs superficiels…L’ennui, c’est que cette méthode ne les fait pas partir ; les problèmes restent… & même ils grossissent & « s’infectent », en sorte que, même si en surface, tout semble aller bien, la relation se pourrit de l’intérieur.

Ouvrons les yeux : la SEULE façon correcte de traiter un problème une fois qu’on l’a détecté, c’est de parler & d’y travailler ensemble. Et si votre partenaire refuse d’en parler ou de coopérer pour le résoudre, il a trahi son engagement envers vous et la relation – La vraie « infidélité » – la plus grave, en tout cas, elle est là ; c’est être infidèle à sa promesse & au couple qu’il (elle) forme avec vous !

Quand on est en couple, on ne doit plus se voir comme 2, mais comme 1 ; c-à-d qu’on est dans la même barque (le couple) et que tout le monde rame dans le même sens – sinon, ça ne va pas.

Etre en relation ne signifie pas partager une maison, ou un lit, ou un poulet-salade, mais partager des EMOTIONS. Or, les « ersatz » (cadeaux, …) ne peuvent jamais faire avancer les choses ; ils nuisent à la transparence, donc à la solidité du couple.

Cadeaux et voyages sont sont un « plus » que l’on ne peut apprécier que quand tout le reste va bien. Si on les utilise pour couvrir nos problèmes, on se retrouve avec un problème plus gros.

– les allusions :

C’est quand un partenaire ne peut ou ne veut pas communiquer honnêtement – quand, au lieu d’exprimer ouvertement un désir ou d’aborder franchement un problème, on sème des « indices » que l’autre est censé décoder… Celui (celle) qui emploie cette tactique est forcément frustré et fait alors exprès de « picoter » son partenaire pour l’énerver ; c’est de l’agression passive et ça débouche sur des disputes absconses.

Celui qui fait ceci doit s’interroger de pourquoi il choisit ce mode pervers de (non-)communication, pourquoi il n’ose pas exprimer à son (sa) partenaire sa colère ou son insécurité – s’il craint, par ex, que l’autre devienne violent ou le critique s’il ose dire franchement son ressenti.

Dans un couple, lieu d’amour par excellence, chacun doit pouvoir dire librement ses désirs ou reproches, sans être ignoré ou puni pour cela – sinon, il y a violence.. & pourquoi rester dans une relation violente ? (j’ai dit ici à quel point une telle relation est destructrice : http://www.bonheuretamour.com/2015/04/01/effets-dune-mauvaise-relation/).

– le « carnet de notes » :

C’est continuer à blâmer l’autre pour ses erreurs passées. Si les 2 partenaires font ceci, on en arrive à une « bataille de carnets », où chacun tente de prouver que l’autre a fait bien plus de fautes que lui (ou elle)-même dans le passé et que donc, cet autre doit maintenant plus donner à la relation. Bref, chacun tente ainsi d’effacer ses propres fautes, au lieu de chercher à les corriger.

Par ex, si jadis, vous avez injurié son patron, vous n’avez pas le droit de lui en vouloir maintenant de flirter avec votre amie… Curieux raisonnement !

Le partenaire qui recourt à cette tactique de manipulation tente en fait de se « blanchir » en détournant l’attention d’un problème actuel, et en créant de la culpabilité chez l’autre. Bref, les 2 membres du couple finissent par passer leur temps à tenter de prouver qu’ils sont moins coupables que l’autre, au lieu de résoudre le problème actuel.

Au leur de viser à toujours s’améliorer, toujours tenter de devenir un meilleur individu & partenaire, ces gens-là ne font qu’essayer d’être moins mauvais que l’autre.

Ce qu’il faut faire, c’est, dès qu’on perçoit un problème, le signaler à l’autre & en discuter – juste de CE problème actuel, sans faire AUCUNE référence à ce que l’autre a pu faire dans le passé.

– chantage affectif :

C’est quand un membre du couple prend la relation en otage & menace de rompre à chaque fois que les choses ne vont pas comme il (elle) veut. Par ex, au lieu de dire  » parfois, tu es froid avec moi et ça me blesse », dire  » je ne peux rester dans une relation où l’autre me bat froid tout le temps » – ce qui est une forme de chantage.

Dans une relation, on peut critiquer (en tout cas, on devrait pouvoir le faire) mais on ne peut toucher au coeur même de celle-ci ; c-à-d l’engagement qu’on a pris de s’engager sérieusement dans cette relation et de rester avec l’autre dans le mauvais comme dans le bon, de traverser les épreuves ensemble & de travailler à résoudre les problèmes. Bref, il ne faut pas voir les problèmes comme remettant toute la relation en cause.

Aussi, si à la moindre critique, l’autre menace de rompre, on n’osera plus rien dire de négatif – d’où un climat malsain, des choses tues & « enfouies sous le tapis », & ressortant sous forme d’actes négatifs en secret, ou d’une explosion brutale emportant tout sur son passage… Bref, il vaut mieux discuter des problèmes.

Il est normal de ne pas aimer certaines choses chez son partenaire, ou qu’il nous rende dingue certaines fois, mais ça ne remet pas en cause la relation (sauf violence – toujours dangereuse).

Il faut comprendre qu’aimer – ou apprécier – quelqu’un n’est pas pareil à s’engager avec lui (ou elle). Il est tout à fait possible (& même recommandé) de s’engager envers un être, de décider de se dévouer à lui (elle) pour toujours, sans tout apprécier à son sujet ; l’autre fera toujours des choses qui nous agaceront & avec lesquelles on ne sera pas d’accord ; c’est inévitable.

Si les 2 partenaires sont capables de se communiquer des commentaires et des critiques sans jugement ni chantage, cela renforce leur engagement mutuel à long terme.

Bref, ne faites jamais l’erreur de croire qu’une relation doit être « naturelle » ; il y aura de toute façon des différences – et des différends – puisque vous êtes 2 individus ! Une relation, c’est du boulot, et même en continu, aussi longtemps que ça dure !

Béatrice de Laat

Tous mes Livres