Sortez-vous avec un loser ?

femme battue D’abord, qui peut-on taxer de loser ? Eh bien, je dirais que le loser est  un homme instable, dérangé, manipulateur, contrôlant et abusif – bref, un homme qui VA VOUS  BLESSER et vous faire vivre en enfer !

Toutes les relations commencent dans la douceur, par une période de lune de miel, en sorte qu’on ne sait pas vraiment avec quel genre de personne on sort. Chacun avance masqué, essayant de collecter discrètement le plus possible d’infos sur l’autre.

Les relations d’amour peuvent être géniales… avec la bonne personne – mais avec un individu taré, on se prépare des années de mauvais traitements, de terreur, de stress – bref, de dégâts physiques et émotionnels – tant pour nous que pour ceux que l’on aime (enfants).

Bien sûr qu’on éviterait tout individu paraissant fou ou violent, mais ces malades-là sont des experts en déguisement ; ils dissimulent leur vraie personnalité… Chacun(e) risque donc un jour d’être un jour confronté à un être ayant un trouble de la personnalité (époux, parent, voisin, frère ou sœur, collègue,..) – mais ça implique quoi ? Et surtout, que faire pour vous en protéger ?

En couple, en effet, ces êtres se montrent contrôlants, manipulateurs et abusifs – ce qui détruit la relation, mais surtout nos finances, notre santé, notre réputation et notre confiance en nous.

Un individu ayant un trouble de la personnalité prend très vite les rênes – en sorte que votre vie tourne désormais entièrement autour de lui, de ses buts, besoins, caprices et exigences. Dans la vie, on se fait des tas de relations, avec nos parents, notre famille, nos voisins, collègues,…, toutes teintées d’affection, de respect, de franchise, de coopération et de buts communs.

Mais avec un de ces malades, même de brefs contacts sont problématiques – et c’est encore 1000 fois pire s’ils font partie de notre quotidien !  Car alors, ils contrôlent la relation, et sont prêts à toutes les violences pour avoir ce qu’ils veulent – très vite, la vie de leurs victimes devient un enfer.

Un trait typique est l’attachement express : le loser n’ayant que des émotions superficielles et des liens à autrui superficiels, il dit très rapidement « je t’aime », ou insiste pour emménager ou se marier après seulement quelques jours ou semaines. Il vous couvre de cadeaux, de promesses et d’attentions qui risquent de vous faire perdre la tête.Ils savent eux, que les promesses n’engagent que ceux qui les entendent  et, dénués de moralité (qu’ils voient comme encombrante et contraire à leurs projets !), ils ne se sentent nullement tenus de respecter leurs (nombreuses) promesses – car ils ont beaucoup de besoins, de désirs, de caprices !

Par conséquent,  ne jugez quelqu’un QUE sur ses actes, non ses paroles ou ses promesses !

Typique également chez ce genre de personnes, le gouffre entre les paroles et les actes ;  la parole, la conversation ou la promesse de quelqu’un d’honnête correspond presque à 100 % à ses actions – s’il vous emprunte de l’argent et promet de vous le rendre le mois d’après, il vous le rend le mois d’après, et sans que vous ayez à le demander. Ce genre de personne est honnête, fiable, digne de confiance … tout ce qu’il n’est pas   !

Lui, est malhonnête, irresponsable, non-fiable et indigne de confiance : il dit ou promet quelque chose, puis, ne le fait pas – et plus le gouffre est grand entre actes et paroles, plus il est malhonnête.

Si ça semble trop beau pour être vrai, eh bien, c’est que ça l’est !  L’ennui, c’est que souvent, vous êtes tellement submergée par son comportement constamment fou de vous et ses plans de mariage, que vous perdez de vue l’essentiel : ça n’a aucun sens ! 

Les gens normaux (même en cas de coup de foudre) ont besoin d’un processus lent et progressif dans une relation, parce qu’il y a beaucoup en jeu ils attendent d’avoir assez de temps et d’informations pour s’engager avec quelqu’un – pas 2 semaines ou un mois !

S’il est vrai qu’on peut tomber amoureux en un instant, on ne fait quand même pas de telles promesses et des plans pour l’avenir après 3 rendez-vous ! Cet enflammement rapide est toujours signe d’émotions superficielles – ce qui fera que, très vite , le loser se détachera de vous aussi facilement qu’il s’y est attaché – c’est réellement typique d’un loser de vouloir vous épouser ou emménager ensemble  très tôt dans la relation.

Ces malades développent des façons malsaines de se relier aux autres – et ça devient bientôt leur seule façon d’avoir des contacts avec autrui – il n’utilisent que l’intimidation, manipulation, malhonnêteté, menaces et rage, même si l’autre est super-aimant, gentil, généreux et compréhensif envers eux.

Ils ne peuvent éprouver de sentiments qu’extrêmement superficiels – ainsi, leur investissement émotionnel dans un couple ou une relation, est infime – c’est pour ça qu’ils s’en détachent si facilement. De toute façon, ils ne pourraient pas donner plus… Prendre, voilà tout ce que ces gens savent faire ! Tels des vampires, exsangues, morts à l’intérieur, ils se nourrissent du sang et de la vie d’êtres bien vivants et chaleureux !

Comportement variable :  Ces êtres sont très calculateurs et adorent manipuler les autres (pour se sentir supérieur, ou celui qui manipule et contrôle) – d’ailleurs tous leurs gestes, toutes leurs décisions se font d’après leurs petits plans (secrets !).

Si vous faites mine de vouloir rompre, il vous fait « la grande scène du 3 » ; pleurer, s’excuser, menacer de se tuer,promettre de changer, … Ils proposent alors des deals idiots, du genre «  essayons encore durant un mois ».

Si vous êtes partie, ils vous submergent de coups  de fil, ou appellent vos proches, pour qu’ils vous persuadent qu’il vous adore et de revenir avec lui… Les êtres ayant un trouble de la personnalité ne comprennent pas que c’est leur attitude qui détruit les relations – et vu leur esprit tordu, il est impossible de le leur faire comprendre.

Une de leurs tactiques favorites : le cycle « gentil/méchant » :  pour stopper un cheval emballé, on lui tire la tête alternativement à gauche et à droite – alors, il est confus et s’arrête.  Le loser fait de même ; parfois, il fait le gentil, puis – exprès (sisi ; exprès !)  – redevient mauvais et blessant (insultes, menaces,…) ou son truc favori : l’indifférence ; cette tactique affole les femmes, qui en deviennent alors plus contrôlables.

Le décalage constant entre ses paroles (enflammées) et ses actions (indifférentes ou cruelles) vous déstabilise – donc vous affaiblit – en vous plongeant dans la confusion – ce qui vous rend encore plus aisée à manipuler.

Parfois, il s’excuse – mais ça a encore diminué votre amour-propre ; son plan marche !

Souvenez-vous de ceci : si votre lévrier de course saute sa barrière et s’enfuit, et que vous le récupérez, par la suite, vous le garderez avec une barrière plus haute – en sorte qu’il ait plus dur à filer… Eh bien, votre loser fera de même avec vous !

Les losers antisociaux et narcissiques promettent à leur belle des croisières romantiques… qui n’arrivent jamais, ou trouvent une bonne raison pour qu’elle mette la maison ou la voiture à leur nom.

Un loser borderline, lui, a une histoire de relations intenses et instables, d’humeur en dents de scie, d’impulsivité, avec panique, peur de l’abandon, image de soi abîmée, actes impulsifs dangereux (promiscuité, abus d’alcool ou de drogues, tentatives de suicide, auto-mutilation, sensation de vide, colère intense inappropriée et accès de paranoïa).

Bien que certains aient un job stable (pas tous), ils dépensent souvent l’argent de façon irraisonnée, ce qui cause à leurs proches un stress supplémentaire.

On peut connaître quelqu’un en écoutant les histoires qu’il raconte sur lui-même ; ses intérêts dans la vie, comment il voit les autres et lui-même, et comment il s’y prend pour vous épater. Un chouette type dira des choses marrantes sur lui-même ; un loser, lui, n’aura à raconter que des histoires d’agression, de violence, de rejet ou d’insensibilité à autrui. S’ils parlent de leur ex, ils disent qu’elle les a mal traités malgré le fait qu’ils étaient des types super – ils se vantent même de leurs méfaits et sont fiers de leur mentalité « je ne supporte rien de personne ».

Des femmes calmes sont entraînées à hurler (je l’ai fait !) lorsqu’elles sont au bout de leur patience et ne sont plus capables de supporter le rabaissement systèmatique ou les provocations –  oh ! comme le loser se délecte alors de leur déchéance – oh ! comme une femme se méprise quand elle est tombée si bas ! surtout avec l’autre qui la regarde d’un air narquois et qui lui envoie le message « regarde-toi, comme tu es folle – et comme moi je suis calme et posé !

A ceci aussi, on reconnaît l’être dérangé mentalement; ne pouvant accepter de voir le mal en eux-mêmes (voir Scott Peck : « les gens du mensonge »), ils projettent leur folie sur vous !  Quand un être est en mode «auto-défense », il agit de façon étrange et inhabituelle : alors que la pauvre victime se juge folle…

Il faut se souvenir qu’il n’y a pas de comportement « normal » en situation de combat – soyez assurée que votre attitude redeviendra normale dès que vous aurez plaqué la « toxine » qui vous pourrit la vie !

Vous avez des doutes si votre homme en est un ou pas ? Faites le test :

(ce test n’a pas valeur scientifique : il ne sert qu’à accroître votre compréhension de la dynamique de votre relation et peut-être de choses dont il faut s’inquiéter).

Pour chacune des questions, vous avez le choix entre :- jamais ou quasiment jamais,- parfois, occasionnellement, –  assez souvent, et : – toujours ou en général.

•             mon partenaire m’a blessée physiquement exprès

•             il m’a dit je t’aime ou m’a confié son intention d’être ensemble à jamais après une semaine de connaissance

•             il “explose” ou se met vite en colère, ce qui le pousse à des actes dangereux : conduire trop vite, casser des objets ou menacer autrui

•             Il démolit ma confiance en moi, en me rabaissant et en corrigeant mes plus petites erreurs

•             Il a tenté de réduire ou de supprimer mes contacts avec ma famille ou mes ami(e)s

•             Il passe par des cycles où, parfois, il est gentil, parfois, il est méchant avec moi

•             Il m’accuse de sa colère et de ses abus envers moi, et n’assume pas la responsabilité de ses actes

•             Il panique devant tout indice pouvant faire croire que nous allons rompre

•             Il me décourage de poursuivre des buts et intérêts extérieurs, à moins qu’il ne puisse m’accompagner

•             Il contrôle mes activités, et veut savoir où je vais et avec qui je suis

•             Il m’insulte ou m’attaque verbalement en public

•             Il tente de me convaincre que je ne suis pas assez “bien” ou que j’ai de la chance d’avoir quelqu’un qui supporte quelqu’un comme moi

•             Il estime avoir le droit d’avoir tout ce qu’il veut

•             mes amis et ma famille m’ont dit qu’ils n’aimaient pas la façon dont mon partenaire me traite

•             il m’a raconté des actions passées qui étaient cruelles, agressives ou violentes

•             Il traite les subalternes féminins d’une façon dont je n’aimerais pas être traitée

•             Il a 2 réputations ; pour certains, c’est un type super, pour d’autres, il faut s’en méfier

•             Avec lui, je suis tendue, forcée de “marcher sur des oeufs”, de peur de faire ou de dire une chose qui déclenchera sa colère

•             Il considère les opinions ou les sentiments d’autrui de peu de valeur comparés aux siens

•             Avec lui, je me sens devenir folle, paranoïaque ou il me pousse à agir autrement que selon mon caractère normal, pour me défendre contre son comportement

ð  Si vous avez plus de 3 “souvent” ou “en général”, il faut sérieusement envisager de rompre…

Quitter un sale type

Beaucoup de femmes préfèrent encore subir une vie infernale avec un sale type qu’être seules.  Bien sûr que le type parfait n’existe pas, et que chacun a des défauts, mais quand faut-il le quitter ? C’est simple ; dès lors qu’il commet des « deal breakers » ; des actes brisant l’accord convenu par et pour le couple, dès lors qu’il blesse ou néglige ce que j’appelle « le golem» (= la relation) entre vous 2 (voir mon article « le 1er enfant d’un couple, c’est leur relation ! »).

Le « loser » est quelqu’un qui ne tient pas compte de vos besoins, se fiche de vos sentiments, est insensible à ce que vous lui dites : par ex, quand vous l’informez qu’une chose qu’il fait vous blesse, il minimise, « noie le poisson » ou vous insulte – alors que tout ce que vous essayez de faire, c’est de réparer la relation pour lui donner plus d’amour. Aussi, c’est quelqu’un qui vous fait porter toutes les responsabilités, ne tient pas ses engagements, …

Le problème, c’est que les femmes choisissent de « gommer » le mauvais et se rappeler des bons moments et donc, ne réalisent pas qu’il est impossible d’avoir une bonne relation avec un loser pareil.

Les femmes rationnalisent et minimisent ce qui leur arrive, mais si votre homme refait sans cesse les mêmes choses blessantes, qui, bien que vous le lui ayiez clairement dit, continue à le faire, et ne fais aucun effort pour améliorer les choses, c’est un sale type, à quitter au plus tôt.

Les femmes savent ce que c’est que l’amour, mais ignorent ce qu’est une bonne relation – alors, elles tentent de se changer elles-mêmes (car le loser a bien entendu jeté toute la culpabilité sur elles) au lieu d’ouvrir les yeux.

Les femmes ont peur de trop souffrir de la rupture et de ne pas s’en remettre, ou de ne plus jamais trouver personne – elles ne réalisent pas que se débarrasser d’un loser, c’est comme se débarrasser d’une mauvaise grippe : c’est un soulagement, et non une souffrance !

Citations de Barbara de Angelis

B. de Angelis

-Vivre avec intégrité signifie : ne pas accepter moins que ce que vous savez mériter dans une relation, demander ce que vous voulez et avez besoin de la part des autres, dire la vérité, même si ça peut créer des conflits ou des tensions, avoir les comportements correspondant à vos valeurs personnelles, faire des choix basés sur ce que vous croyez et non sur ce que d’autres croient.

-L’amour est une force plus formidable que tout autre. Il est invisible - il ne peut pas être vu ou mesuré, mais il est assez puissant pour vous transformer en un instant, et vous offrir plus de joie que n’importe quelle possession matérielle ne le pourrait.
-Le véritable acte de mariage a lieu dans le cœur, pas dans la salle de bal ou à l’église ou à la synagogue. C’est un choix que vous faites - et pas seulement le jour de votre mariage, mais encore et encore - et ce choix se reflète dans la façon dont vous traitez votre mari ou votre femme.
-Au plus de connexions vous et votre amant avez, non seulement entre vos corps, mais entre vos esprits, vos coeurs et vos âmes, au plus vous renforcerez le tissu de votre relation, et au plus  vous vivrez de vrais moments ensemble.
-On ne perd jamais en aimant. On perd toujours en se réservant.
-L’amour et la gentillesse ne sont jamais perdues. Ils font toujours une différence. Ils bénissent celui qui les reçoit, et ils vous bénissent vous, le donateur.
-Les femmes en ont besoin de vrais moments de solitude et d’auto-réflexion pour équilibrer combien de nous-mêmes que nous donnons.
-Le mariage n’est pas un nom ; c’est un verbe. Ce n’est pas quelque chose que vous obtenez. C’est quelque chose que vous faites. C’est la façon dont vous aimez votre partenaire tous les jours.

-Les moments difficiles créent toujours des occasions pour vous faire vivre plus d’amour dans votre vie.
-Peu importe quel âge vous avez, ou ce que sont les circonstances de votre vie, vous êtes spécial, et vous avez quand même quelque chose d’unique à offrir. Votre vie, à cause de qui vous êtes, a un sens.
-Personne d’autre que vous n’a le  contrôle de votre bonheur ; par conséquent, vous avez le pouvoir de changer n’importe quoi que vous souhaitez modifier en ​​vous-même ou dans votre vie.
-Lorsque vous prenez un engagement envers une relation, vous y investissez votre attention et votre énergie plus profondément, parce que vous ressentez alors un sens de propriété de cette relation.
-Si vous n’êtes pas doué pour vous aimer vous-même, vous aurez dur à aimer quelqu’un, puisque vous ne supporterez pas le temps et l’énergie que vous donnez une autre personne et que vous ne vous donnez pas à vous-même.
- Le plus grand don de l’amour est son aptitude à rendre tout ce qu’il touche sacré.
-Au plus de colère envers le passé  vous portez dans votre cœur, au moins vous êtes capable d’aimer dans le présent.
-Ce qui nous permet, en tant qu’êtres humains, de survivre psychologiquement à la vie sur terre, avec toutes ses douleurs, ses drames, et ses défis, c’est un sens d’une mission et d’une signification.
-Nous avons besoin de trouver le courage de dire non à des choses et des gens qui ne nous servent pas si nous voulons nous retrouver et vivre notre vie avec authenticité.
-Les hommes ne sont pas comme ils sont parce qu’ils veulent rendre les femmes folles ;  ils ont été formés pour être ainsi depuis des milliers d’années.  Et cette formation fait qu’il est très difficile pour les hommes d’être intime.
- Le cerveau de l’homme a plus difficile à passer de la pensée au sentiment que le cerveau d’une femme.
-Afin de faire l’expérience de la spiritualité de tous les jours, nous devons nous rappeler que nous sommes des êtres spirituels qui passent un certain temps dans un corps humain.
-Le moment entre ce que vous étiez autrefois, et qui vous êtes en train de devenir maintenant, est l’endroit où la danse de la vie se passe réellement.
-Ce n’est que quand notre conscience est totalement concentrée sur le moment où l’on se trouve, que l’on peut recevoir un cadeau, une leçon, ou le bonheur quelconque que ce moment a à offrir.
- Les hommes sont tout aussi sensibles, et à certains égards, plus sensibles, que les femmes.
-L’amour est un choix que vous faites à chaque instant.

Otez les freins à la réussite de votre vie !

femme se libère

L’auto-sabotage, c’est – comme je l’ai déjà dit ailleurs – ce qui se passe quand vous agissez inconsciemment comme votre pire ennemi.  Quand cela arrive, vous faites juste l’inverse de ce qui vous rendrait heureux(se) et épanoui(e), et aboutissez invariablement à  ré-éprouver, pour la énième fois, des émotions pénibles.
Si vous analysiez les choses, vous découvrirez que la plupart des échecs dans vos buts, relations, rêves ou entreprises, sont dus à cet auto-sabotage inconscient.

Nous traçons notre chemin dans la vie de manière incohérente, puis,  nous nous cachons cette vérité désagréable par divers mécanismes de défense psychologiques, tels que de blâmer les autres, se mettre en colère, distraire notre attention, … Ainsi, on obtient toujours moins de ce que l’on aime et plus de ce que l’on déteste.
Et si on se libérait de l’auto-sabotage ? A quoi ressemblerait notre vie ? Eh bien, on jouirait de ces 7 avantages :

1. Une prise de décision efficace
Des décisions impulsives et inefficaces, sont une recette pour l’échec. Quand on prend une décision basée sur l’auto-sabotage, il faut énormément de chance pour que les choses tournent bien ; voici quelques exemples :
• Dire oui au mariage alors que vous avez de sérieux doutes sur la personne que vous êtes ou sur le partenaire. Ceci est plus commun que vous ne pensez ; pas mal de gens ont de gros doutes ou même savent qu’ils sont avec la mauvaise personne, mais vont quand même jusqu’à l’autel.
• Démarrer une entreprise sans expérience, sans fonds ou sans un plan viable. Voilà pourquoi la plupart des entreprises capotent.
• Faire des achats que vous ne pouvez pas vous permettre, vu votre budget.

• Faire quelque chose  dans le seul but de plaire à quelqu’un d’autre. Encore une fois, ceci est très commun. Certaines personnes vivent leur vie sans découvrir ce qu’ils veulent vraiment, en dehors du fait de plaire aux autres.
• Dire oui, même si « ça vous fait » non.  Ceci est courant ; les gens ayant des limites saines sont rares !
Les décisions d’auto-sabotage négligent tous les drapeaux rouges, les bons conseils et une saine logique – bref, tout ce qui mène au bonheur et succès.
Si vous n’aviez pas de tendances d’auto-sabotage, vous sauriez attendre et prendriez de meilleures décisions, plus matures, en temps opportun, plus réalistes et en phase avec qui vous êtes.
2. Une saine auto-discipline
Un manque de maîtrise de soi mène à la vacuité et à la misère. Quand vous ne contrôlez pas votre alimentation, vos dépenses, vos habitudes d’étude, votre temps, vos comportements et vos émotions excessives, vous perdez toute emprise sur votre vie.
Si Vous n’aviez pas de tendances d’auto-sabotage, vous poursuivriez vos buts jusqu’au bout, même quand vous n’avez pas envie, vous seriez strict quant à ce que vous consommez, vous honoreriez vos engagements et vous pourriez vous motiver, même dans des circonstances difficiles.
L’auto-sabotage nous pousse à prendre la solution de facilité… Hélas, cette voie ne mène généralement qu’aux problèmes, à la douleur et à l’échec.
3. Des relations viables et épanouissantes
Les relations sont peut-être le test ultime de la maturité. Pouvez-vous  être flexible, exprimer votre point de vue, accepter le point de vue de l’autre, faire des sacrifices et être fidèle à votre parole?
Pouvez-vous concilier le respect de vos besoins et celui des besoins de votrepartenaire ?

Et surtout, pouvez-vous faire ce que vous sentez être juste ? En l’absence d’auto-sabotage, oui !
L’auto-sabotage vous fait choisir tous les mauvais partenaires  et justifier ensuite ces mauvais choix.  Vous choisissez des personnes qui  vous contrôlent, vous rejettent et vous privent de ce dont vous avez besoin pour être heureux.
4. Beaucoup d’énergie et une santé florissante
Gagner des tonnes d’énergie et de vitalité n’est pas trop compliqué pour la plupart des gens. Vous devez bien manger, faire d’ l’exercice et veiller à combler d’éventuelles carences nutritionnelles. Cela nécessite une étude cohérente et de l’expérimentation. Surtout, il faut s’en tenir à un plan délibéré.
En l’absence d’auto-sabotage, vous pouvez tout à fait atteindre un état florissant de santé physique et mentale. Il suffit de faire vos recherches et vous en tenir à votre programme, traiter votre esprit et votre corps avec respect, car ils sont vos véhicules pour la paix et le bonheur. Pourquoi, sinon, se maltraiter soi-même?
Mais l’auto-sabotage  vous incite à abandonner et à jeter votre santé par la fenêtre. Dans certains cas, les gens sont prêts à se priver d’années de leur vie à cause de leur cycle d’auto-sabotage.
5. Une paix intérieure et un sentiment d’être centré

Il n’y a rien qui apporte plus de sérénité que de savoir que vous êtes  à 100%  investi dansl’accomplissement de votre mission de vie, et que vous agissez au meilleur de votre capacité. La tranquillité d’esprit résulte du fait d’agir de la manière que vous savez être juste, de travailler dur et d’accepter vos limites.
L’auto-sabotage est l’ultime destructeur de la paix intérieure ; il est cette voix dans votre esprit qui vous dit d’abandonner, que vous ne pouvez pas le faire, que ce n’est pas la peine.  Si cette voix est plus puissante que vous, alors vous la croirez et cesserez de faire des efforts… Et perdrez toute paix de l’esprit !

6. Une résilience émotionnelle et des choix
La plupart des gens ont de la résilience et des ressources émotionnelle énormes. En vous se trouve le courage, la patience, le dynamisme et la volonté de faire ce qu’il faut pour atteindre vos objectifs…  jusqu’à ce que l’auto-sabotage vous convainque du contraire ! Encore une fois, cette voix dans votre tête qui critique vos efforts vous fait céder au désespoir et au sentiment d’impuissance.
Lorsque vous donnez du pouvoir à vos tendances d’auto-sabotage, vous en donnez au pessimisme et à l’échec - et perdez l’accès à votre force émotionnelle.
7 La réussite dans tout se que vous entreprenez
Enfin, tout ce que vous voulez faire, sera couronné de succès – il ne peut en être autrement si vous restez sur votre propre voie. Et si vous luttez contre vos tendances et faites de votre mieux pour réagir à l’échec, vous serez toujours content de vous, vous accepterez la défaite et vous vous relèverez, vous recommencerez à faire de nouveaux plans, en en tirant la leçon, en intégrant ce que vous avez appris, pour ne plus refaire la même erreur.
Comment contrer l’auto-sabotage ?
Si dans un certain domaine de la vie, vous échouez à répétition, tentez l’expérience suivante.  Elle est bizarre, mais mais si vous le faites, vous serez étonné(e) des résultats ;

1. Evoquez une situation d’échec …Dans quel domaine de la vie est-ce que ça se produit ?
2. Quand vous vous trouvez dans ce « décor » d’échec, comment vous sentez-vous ; nul, humilié, rejeté, vide, impuissant, solitaire, sans valeur ?
3. Imaginez qu’une partie de vous est tellement habituée à ressentir ce sentiment, qu’elle recherche activement des occasions de se sentir ainsi ; c-à-d que ce sentiment négatif cherche à s’exprimer encore et encore.  Et vos échecs « involontaires » sont l’occasion parfaite.  Par conséquent, vous êtes réellement motivé à  échouer !
4. Maintenant, surprenez-vous (prenez-vous « la main dans le sac ») à tout mettre en place pour échouer. Observez comment vos décisions et vos actes conduisent directement vers ces vieux sentiments négatifs familiers …

Une fois que vous comprenez le processus par lequel vous vous sabotez et faites de votre vie un enfer, vous êtes sur la bonne voie pour lâcher prise, abandonner ces anciens schémas négatifs de comportement, et vous élever à la hauteur de votre vrai potentiel.
Il n’y a pas de meilleure occasion de cesser de vous saboter mentalement et émotionnellement.  Lorsque vous le faites, vous êtes sur la bonne voie pour réaliser de grandes choses …

Retardez le moment de faire l’amour !

couple d'amoureux

De nos jours, on passe vite à l’étape « lit », et les couples qui attendent de s’engager avant de « coucher » sont rares … Et c’est dommage, parce qu’une étude a prouvé que le fait de retarder le moment où la relation devient « physique », rend ladite relation plus stable, satisfaisante et durable !

Continuer la lecture

Lisez, et vous irez mieux !

livres en biblio

Etant depuis toujours une boulimique de lecture, j’ai été bien contente de découvrir que lire avait tant de bienfaits… Je savais intuitivement que l’évasion et les informations procurées par mes lectures, m’avaient permis de survivre (car j’ai eu une vie difficile) et de me sortir de tous mes problèmes, mais là, la science m’apporte une confirmation de ce que je sentais.  Alors, je vous en fais profiter ; Pour éliminer la subjectivité et examiner les faits, voici 15 bénéfices prouvés de la lecture : Continuer la lecture

Béatrice de Laat

Tous mes Livres